Les fiches

Explication de texte
Pascal, Pensées, Fragment n°136-139 et 32-35

NOTIONS : LA LIBERTÉ – LE BONHEUR

Divertissement

Quand je m’y suis mis quelquefois à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s’exposent dans la Cour, dans la guerre, d’où naissent tant de querelles, de passions, d’entreprises hardies et souvent mauvaises, etc., j’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre [...] Mais quand j’ai pensé de plus près et qu’après avoir trouvé la cause de tous nos malheurs j’ai voulu en découvrir la raison, j’ai trouvé qu’il y en a une bien effective et qui consiste dans le malheur naturel de notre condition faible et mortelle, et si misérable que rien ne peut nous consoler lorsque nous y pensons de près. De là vient que le jeu et la conversation des femmes, la guerre, les grands emplois sont si recherchés. [...] Les hommes s’imaginent que s’ils avaient obtenu la charge1 qu'ils recherchent ils se reposeraient ensuite avec plaisir et ne sentent pas la nature insatiable2 de la cupidité. Ils croient chercher sincèrement le repos, et ne cherchent en effet que l’agitation. Ils ont un instinct secret qui les porte à chercher le divertissement et l’occupation au dehors, qui vient du ressentiment de leurs misères continuelles. Et ils ont un autre instinct secret qui reste de la grandeur de notre première nature, qui leur fait connaître que le bonheur n’est en effet que dans le repos et non pas dans le tumulte. Et de ces deux instincts contraires il se forme en eux un projet confus qui se cache à leur vue dans le fond de leur âme, qui les porte à tendre a...

Vous voulez lire la suite ?
Profitez d'une fiche gratuite lors de la création de votre compte !
Inscription
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous