Les fiches

LA SOIE D’ARAIGNEE

La soie que produisent les araignées pour tisser leurs toiles ou envelopper leurs proies possèdent des propriétés physico-chimiques si exceptionnelles (finesse, régularité, élasticité, solidité, imputrescibilité, etc…) qu’elle est devenue un sujet d’étude pour de nombreux scientifiques. Cet exercice aborde plusieurs aspects de la soie d’araignée considérée comme un matériau d’avenir.

1. Composition de la soie d’araignée

La soie d’araignée est essentiellement composée de fibroïne, une molécule constituée de plusieurs centaines d’acides aminés reliés les uns aux autres par des liaisons peptidiques. Les deux principaux acides aminés présents dans la fibroïne sont la glycine (40 % environ) et l'alanine (25-30 % environ) dont les formules semi-développées sont indiquées ci-dessous.

Selon l’enchaînement des différents acides aminés au sein de la macromolécule de fibroïne, cette protéine peut adopter deux structures géométriques tridimensionnelles différentes : soit une structure semi-cristalline en feuillets bien ordonnés, soit une structure amorphe inorganisée.

La soie d’araignée est donc un matériau dont les propriétés mécaniques découlent de l’organisation structurale particulière de la molécule de fibroïne : des régions cristallines expliquent la résistance élevée de la soie d’araignée tandis que des régions amorphes sont responsables de son importante élasticité.

1.1. Pourquoi les molécules de glycine et d’alanine appartiennent-elles à la famille des acides aminés ?

1.2. La molécule de glycine possède-t-elle des stéréoisomères ? Argumenter.

1.3. La molécule d’alanine compte deux stéréoisomères
Donner la représentation de Cram de ces deux stéréoisom...

Vous voulez lire la suite ?
Profitez d'une fiche gratuite lors de la création de votre compte !
Inscription
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous