Les fiches

« Cens caché » : tous égaux face à l’engagement politique ?

Les titres des parties et les éléments de méthode apparents sont là pour te guider, tu n’as pas besoin de les préciser lors de l’oral.

Introduction

Amorce

« La plupart de nos citoyens n’ont ni l’instruction ni le besoin de s’occuper des affaires politiques ». Par ces mots l’Abbé Sieyès dans Qu’est-ce que le tiers État ? rappelle le débat sur la question des représentants du peuple au sein des démocraties représentatives qui faisait couler beaucoup d’encre au XVIIIème siècle. A la suite de la révolution française de 1791 la question de la participation de chaque citoyen à la vie politique se pose en rupture avec le fonctionnement du régime monarchique jusqu’alors en place. Dans Qu’est-ce que le tiers État, l’Abbé Sieyès décrit un peuple dont une partie est incapable de prendre les bonnes décisions en matière politique, ce qui suppose de faire un choix entre qui peut voter et qui ne le peut pas. Cette logique va à l’encontre des principes défendus lors de la Révolution Française qui réclamait le droit de vote universel. C’est cependant la réalité de l’époque : le suffrage censitaire est toujours d’actualité en 1791, la révolution n’ayant pas réussi à supprimer ce lègue du régime monarchique.

Pertinence du sujet.

Le suffrage censitaire représente le mode de fonctionnement électoral dans lequel les électeurs sont contraints de payer un « cens », (qui peut s’apparenter à une taxe) d’un certain montant pour avoir le droit de voter, sans quoi ils ne peuvent pas participer à la vie politique. Ce montant devait assurer une certaine participation à l’économie du pays et donc témoignait d’un réel intérêt vis-à-vis de la pe...

Vous voulez lire la suite ?
Profitez d'une fiche gratuite lors de la création de votre compte !
Inscription
Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous